Sélectionner une page

Intervision culturelle des pratiques d’imagerie médicale et de radioprotection

5 février 2020

Nos étudiant.e.s TRM en programme d’échange à la Teikyo University au Japon

Pour cette seconde édition, du programme « Intervision culturelle des pratiques d’imagerie médicale et de radioprotection » les 8 étudiant.e.s TRM réaliseront un projet collectif portant sur l’approfondissement du rôle du TRM en tant qu’expert.e en radioprotection. Elles/ils auront ainsi l’occasion d’élargir leurs réflexions aux dimensions citoyennes et culturelles ayant trait à la protection et à la prise en charge de la population et de l’environnement.

Cet échange leur permettra de suivre des cours, effectuer des observations et découvrir les pratiques de radioprotection et d’imagerie médicale nippones, aussi bien du point de vue technique que culturel.

Elles/ils seront encadré.e.s par José Jorge, Professeur associé, et Cosmin Gabriel Campeanu, Maître d’enseignement, dans la filière TRM.

En complément aux activités académiques, les visites scientifiques du site de la catastrophe naturelle et de l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima Dai-ichi ainsi que des usines de Canon Medical Systems constituent des moments clés du séjour.

Ce deuxième programme d’échange se terminera à l’Ambassade Suisse à Tokyo où les étudiant.e.s suisses et japonais.es feront des présentations et croiseront leurs expériences de formation réalisées respectivement en Suisse et au Japon.

Finalement, à leur retour, les étudiant.e.s de HESAV produiront un portfolio d’apprentissage et feront une communication orale, dont le résumé est déjà accepté, au congrès Suisse de radiologie en juin 2020 à Fribourg.

Consultez le programme

Jour 1

Pour ce premier jour, nous sommes accueillis directement à l’hôtel WBF Asakusa par l’un des professeurs, qui s’est proposé de nous montrer le chemin jusqu’à l’Université. Une fois là-bas, le staff des professeurs au complet nous souhaite la bienvenue. Nous réalisons par ailleurs des photos tous ensemble afin de marquer le début de l’échange dans une ambiance chaleureuse.

Nous sommes ensuite dirigés dans notre salle de « classe » dans laquelle les professeurs japonais se présentent les uns après les autres, puis nous prenons la relève avec notre présentation de la Suisse ainsi qu’individuelle. La matinée se poursuit par quelques mots du Doyen de la filière qui nous présente l’Université de Teikyo dans son ensemble. Nous passons ensuite en revue le programme des deux semaines d’échange afin d’ajuster les derniers détails.

A l’heure de la pause repas, nous recevons des coupons et nous sommes invités à prendre en photo le repas de notre choix afin de faciliter la communication avec les cuisiniers. Le choix des plats est astronomique, de quoi contenter tout le monde.

L’après-midi s’est quant à elle concentrée sur l’hôpital. Tout d’abord nous avons assisté à une brève présentation des divers services dont celui de la radiologie, puis, après le café, nous avons réalisé un tour du service de radiologie dans son ensemble. Nous avons également pu visiter les diverses salles de pratique des techniciens. Nous avons par ailleurs été surpris de la quantité et de la variété des machines mises à disposition.

Jour 2 – Mardi 04.02.2020

Aujourd’hui nous avons assisté à plusieurs cours donnés par différents professeurs de l’université.

Nous avons été particulièrement interpellés par certains points. Premièrement, les femmes japonaises ont leur premier examen de dépistage par mammographie à 40 ans et non pas à 50 ans comme en Suisse.

Puis, un des professeurs nous a énuméré les principales pathologies dont les patients sont atteints. Les premières ne s’éloignent pas des pathologies rencontrées en Suisse, cependant, nous avons été surpris de découvrir que la cinquième pathologie la plus répandue était le diabète. En effet, nous avons très vite constaté que les japonais ont un mode de vie très sain, autant par leur activité physique que par leur nourriture mais également de par le nombre très faible de fumeur. Ainsi, nous ne nous attendions pas à voir cette pathologie en cinquième place.

Ensuite, nous avons également pu nous apercevoir de l’impact qu’ont eu les accidents nucléaires sur la prise en charge des patients. En effet, un des professeurs nous a expliqué les changements qui ont eu lieu à la suite de l’accident nucléaire de Fukushima. Les professionnels de la santé ont dû mettre en place des mesures d’urgences, des protocoles ainsi que des salles et compartiments réservés à cet effet-là. Ces accidents ont donc eu un impact sur la manière de travailler des soignants.

Finalement, nous avons été divisés groupe de deux. Chaque groupe a eu l’opportunité d’observer comment les techniciens en radiologie médicale travaillaient pour une modalité.

Jour 3 – Mercredi 05.02.2020

Aujourd’hui, nous avons rendez-vous à huit heure et demie à l’université de Teikyo. C’est la première fois que nous effectuons le trajet depuis notre hôtel aussi tôt dans la journée et nous avons pu découvrir les lignes de trains tokyoïtes à l’heure de pointe. Nous avons, miraculeusement, pu tous entrer dans la même rame en nous entassant parmi les travailleurs et les étudiants japonais.

La matinée à l’université consistait, pour la seconde fois, en une observation par binômes dans les différents services de radiologie médicale de l’hôpital universitaire de Teikyo. Mon partenaire et moi-même avons pu observer la pratique quotidienne des techniciens en radiologie médicale japonais travaillant en tomodensitométrie. Les membres de l’équipe, malgré leurs difficultés à parler anglais, se sont données de la peine à tenter de nous expliquer le fonctionnement du service ainsi que les protocoles utilisés pour les différents examens rencontré cette matinée-là. Nous avons été surpris par certaines pratiques qui diffèrent de ce que nous avons pu observer lors de nos stages. Les tâches sont, dans le service, extrêmement segmentées entre des différents professionnels et les prises en charge s’enchaînent avec efficacité, sans pour autant dégager une impression de travail à la chaîne déshumanisant.

Après la pause de midi, Monsieur Ohtani nous a brièvement parlé des niveaux de référence diagnostique japonais. Nous avons pu constater que leur utilisation ne diffère peu de ce que nous connaissons en Suisse. Nous avons ensuite retrouvé les étudiants japonais participant au programme d’échange pour un workshop centré sur la communication. La première animation a consisté en un cours accéléré de calligraphie, qui doit certainement nécessiter en temps normal plusieurs année d’apprentissage. Les étudiants japonais nous ont appris à écrire nos prénoms dans les trois alphabets employés au Japon : l’hiragana, le katakana et le kanji. Ce dernier est de loin le plus compliqué à écrire et nos ratures ont fait rire, avec bienveillance, les étudiants ainsi que les professeurs japonais. La deuxième et dernière activité de la journée a consisté en un cours d’origami, les très connus pliages en papier. Étant accessible que la calligraphie, nous avons conclus la journée par la réalisation de grues de papier. La légende veut que si l’on réalise une guirlande de milles grues de papier, nos vœux de bonheur ainsi que de santé seront exaucés.

Jour 4 – Jeudi 06.02.2020

Toute la matinée, à partir de 8h30, nous avons continué nos visites dans les services, notamment, la radiologie interventionnelle. Nous avons pu observer la pratique japonaise de près et la comparer à la pratique suisse. Le personnel du service, a été très agréables. Ils ont essayé de nous expliquer au mieux le fonctionnement du service et les particularités. La compréhension était parfois difficile, car l’anglais n’est pas leur atout majeur. Pour combler ceci, ils ont mis en place différents outils de communication afin que notre séjour se déroule de la manière optimale : par exemple, un traducteur électronique performant avec reconnaissance vocale. A la suite de notre pause déjeuner, 2 professeurs de Teikyo nous ont proposés une balade dans un marché locale afin de découvrir la culture nippone et acheter quelques souvenirs avant la reprise des cours. Finalement, nous avons suivi un cours sur l’accident survenu à Fukushima. Le professeur nous a expliqué l’origine de l’accident ainsi que ses conséquences. En vue de la visite de Fukushima qui se déroulera la journée suivante, des consignes ont été données. L’ambassadrice du japon installé en Suisse est également intervenue brièvement afin de nous souhaiter la bienvenue.

Ce fut une journée très enrichissante. Les apprentissages ont été différencier et intéressants. Nous nous réjouissons de notre longue journée au sein de Fukushima, une ville pleine d’histoire.

Jour 5

Aujourd’hui, nous avons eu la chance de pouvoir visiter la centrale nucléaire de Fukushima.

Après 3h de train et de bus, nous arrivons au musée “TEPCO Decommissioning archive Center» où l’on assiste à une présentation qui nous présente les différentes zones, leur degré de contamination, ainsi que des informations concernant les travailleurs.
Nous visionnons ensuite une vidéo afin de mieux comprendre comment est survenu l’accident et après cela, nous sommes prêts à partir.
On nous demande de laisser toutes nos affaires (téléphone, argent, …) au musée, par mesure de précaution. En effet, les photos et vidéos sont interdites.

Nous partons ensuite en bus en direction de la centrale et nous passons alors à travers ce que nous avons appelé “la ville fantôme”. Tous les habitants (dans un rayon de 20km autour de la centrale) ayant été contraints de quitter leur domicile après l’explosion des réacteurs le 11mars 2011, les habitations et les magasins ont été laissés tels quels.
Nous ressentons tous un certain malaise en voyant ces restes de vie que les gens ont dû abandonner du jour au lendemain.

Arrivés à la centrale, nous sommes invités à manger un repas cuisiné avec de la nourriture directement cultivée dans le sol de Fukushima (qui était très bonne par ailleurs). Après de nombreux contrôles (identité, présence de métal, peau entièrement couverte, …) nous prenons le bus qui va nous conduire au travers de la centrale.

Nous approchons donc les détecteurs qui ont été endommagés par l’explosion et nous sommes tous très impressionnés. Nous savions que les dégâts étaient bien évidemment considérables mais le voir en vrai est vraiment incroyable.
Nous sommes aussi tous surpris par le nombre de personnes travaillant dans cette usine afin de, 9 ans après, continuer à réparer les dégâts.

Après avoir fait le tour de la centrale, nous passons par plusieurs contrôles de contamination. En effet, la radioactivité étant toujours présente, la sécurité des travailleurs et des visiteurs est très importante.

Nous retournons ensuite au musée afin de débriefer sur notre visite et poser nos dernières questions.

Cette visite était une chance immense et nous sommes tous reconnaissants d’avoir eu l’opportunité de pouvoir découvrir cela.

12 février 2020

Aujourd’hui, après quelques jours de libre où nous avons profiter de visiter Tokyo, nous avons passé la journée dans les différents service de radiologie de l’hôpital. Séparés en groupe de deux, nous avons passé la matinée dans un service à observer leur manière de travailler au Japon. A midi, après avoir mangé à la cafétéria de l’université, nous avons commencé à rédiger notre présentation de vendredi à l’ambassade suisse. L’après-midi, nous avons à nouveau par groupe de deux observer une modalité de radiologie différente, et avons conclu notre tour des services de radiologie de l’hôpital, après avoir vu 5 modalités différentes. Nous avons ensuite eu un briefing avec deux techniciens en radiologie de l’hôpital, qui nous ont demandé de leur faire part de nos observations et de ce que nous en retenons.
Le soir, nous nous sommes promenés dans le quartier près de l’hôtel, pour acheter quelques souvenirs et profiter des dernières fois où nous pouvions manger typiquement japonais.

13 février 2020

Aujourd’hui, le réveil a été très matinal. Nous avons rejoint nos collègues nippons à l’université afin de nous rendre ensemble à la prestigieuse entreprise Canon.

Arrivés sur place, nous avons eu droit à une présentation. Ensuite, nous avons eu l’occasion d’effectuer le tour de l’entreprise et d’observer la production des différentes machines développées pour l’imagerie médicale telles que l’IRM, le CT et les ultrasons. C’était très intéressant de voir l’articulation des différentes pièces, mouvements des machines pour donner le résultat final connu de tous.
L’entreprise nous a également montré une gantry (CT) ouverte et nous avons eu droit à une démonstration sur la rotation du tube et sa vitesse de rotation. Diverses explications sur son fonctionnement et avantages nous ont été fournis. Cette machine était dotée d’intelligence artificielle qui est le futur de l’imagerie médicale.

La dernière étape a consisté à nous présenter leur nouveau model IRM. Cette machine comporte un certain nombre d’avantages par rapport à celle que nous rencontrons fréquemment sur les lieux de pratique. Les avantages principaux étaient la réduction du bruit, la mise en place d’un environnement sécurisant pour les patients claustrophobes (écran avec films ou images) et l’utilisation de séquences spéciales permettant de s’affranchir de l’utilisation des produits de contraste gadolinés. Comme pour la machine CT elle était dotée d’intelligence artificielle, ce qui facilite l’étude des examens.

En fin de journée nous avons eu le privilège de visiter une entreprise de Sake (boisson traditionnelle japonaise) suivi d’une dégustation.
La journée fut chargée en connaissances mais très enrichissante tant au niveau intellectuel que culturel.

14 février 2020

En ce jour de Saint-Valentin, nous avons tout d’abords été accueilli à la Teiko University par un cadeau de la part des professeurs japonais. En effet, nous avons appris ce jour-ci que c’était plutôt les femmes dans le couple qui offrait un présent à son Jules à cette occasion. Le chocolat était le plus couramment offert pour ce jour du 14 février.

Par la suite, nous avons eu l’occasion de travailler notre présentation pour l’ambassade de Suisse. Cette présentation mettait l’accent sur les différences au niveau des pratiques radiologiques entre la Suisse et le Japon ainsi que les particularités culturelles de ce merveilleux pays. Après plusieurs heures de travail et de répétitions, nous avons encore mangé notre dernier repas à l’université puis nous nous sommes dirigés en direction de l’Ambassade de Suisse. Elégants costards pour les étudiants, jolies jupes pour les étudiantes, nous étions vêtus de nos plus belles tenues lors de cette occasion. Les étudiants japonais de Teikyo University étaient également conviés à cette soirée pour présenter leur travail effectué lors de leur séjour à Lausanne.

Nous avons alors été gentiment accueilli par l’ambassadeur Suisse puis nous avons débuter nos présentations qui ont eu succès auprès de l’audience. Une fois le travail effectué nous avons pris part à un délicieux apéritif dinatoire dans la résidence de l’ambassadeur Suisse. Ce fut un moment particulier car nous avons eu l’occasion d’échanger une dernière fois avec nos extraordinaires professeurs japonais.
Afin de prolonger la soirée nous avons encore été nous amuser sur les jeux d’arcade dans le quartier d’Akihabara avec les étudiants japonais. Jeux de danses, de voiture, et de musique étaient de la partie pour une dernière soirée mémorable et parfaite pour clore notre séjour.