Sélectionner une page

Summer University Chili 2019

18 janvier 2019

Arrivée au Chili

Nous sommes 7 étudiantes sages-femmes en deuxième année (Clélia, Laura, Marie, Manon, Laureline, Mélodie et Eva) et 4 étudiants en soins infirmiers (Dani en deuxième année et Michel, Justine, Céline en troisième année) à la Haute Ecole de Santé Vaud (HESAV) sélectionnés afin de partir au Chili pour participer à une Summer University.

Après un long voyage (une vingtaine d’heures dans un avion ou un aéroport), nous arrivons ENFIN à Santiago!!!  Carlos nous attend à l’aéroport de Arturo Merino Benitez. Nous arrivons à la Casa Suecia, notre nouvelle maison pour 3 semaines ! Après nous être installés dans nos chambres, nous faisons les présentations avec les autres habitants de la maison de diverses origines, dont les 7 américaines venant de Boston qui seront nos compagnes d’aventure. Le courant passe tout de suite, cela promet de beaux moments en perspective !

Nous partons ensuite visiter le quartier et nous prenons connaissance des instructions pour notre « first day ». Nous prenons nos marques pendant le reste de la journée, échangeant nos expériences (certaines d’entre nous sont parties une semaine plus tôt pour découvrir ce beau pays) et mettons en pratique de suite notre espagnol plus ou moins bredouillant.

Nos premiers jours dans la maison … qui nous joue parfois des tours !!

Après une bonne nuit de sommeil, des étudiantes en soins infirmiers chiliennes viennent avec le sourire nous guider dans la jungle du métro de Santiago pour se rendre à l’Universitad Catolica (La Catolica pour les intimes).

Cette première journée de cours commence par une présentation générale du programme et des différents systèmes de santé de nos pays d’origines. Les différences sont flagrantes !!! tout cela se fait dans un joyeux mélange d’anglais, d’espagnol, de portugais, de breton et de français, toutes nos origines se mélangeant !! L’anglais reste cependant la langue que nous privilégions afin de tous nous comprendre. Nous sommes tous curieux d’échanger autours de nos cultures respectives. Nous goutons le midi notre première spécialité Chilienne : les fameux empanadas.

 

Nous rentrons ensuite le soir pour travailler sur nos différents travaux pour HESAV : pas de repos pour les braves !

Visite culturelle chez les Mapuches

Mardi 8 janvier, nous partons découvrir une des nombreuses communautés aborigènes présentes au Chili, « Les Mapuches ». Après une demi-heure de car, nous voici arrivés dans leur camp associatif où ces derniers vivent reclus de toute technologie dans l’idée de préserver leur propre culture. Les Mapuches détiennent leur propre langue qui, actuellement n’est parlée que par une infime partie de la population. Nous avons donc la chance de pouvoir découvrir une culture elle-même méconnue de la nouvelle génération chilienne.

Une fois dans l’enceinte nous sommes accueillis par une Mapuche, et comme tout visiteur, nous devons passer en premier lieu devant leur « rehue », autel constitué d’un tronc d’arbre taillé en quatre degrés consacrés aux divinités Mapuches. Au pied de cet autel, nous apprenons leur attachement à la terre, leurs champs ainsi que le rôle de « La Machi ». Il s’agit d’un ou une chaman qui, dès sa naissance, étudie les plantes médicinales et la culture Mapuche afin de perpétuer les traditions et connaissances de leur tribu. Il ou elle est d’ailleurs, guidés par les esprits qui communiquent avec lui surtout pendant la nuit par le biais des rêves. Il ou elle occupe le rôle de guide spirituel et guérisseur du corps et de l’esprit.  

Nous avons ensuite eu l’occasion de découvrir leurs mets traditionnels, leurs instruments ainsi que de discuter sur leur conception du monde et leurs difficultés actuelles avec le monde extérieur.

Après cette expérience unique, nous rentrons à Santiago émerveillés par cette magnifique rencontre et la générosité d’un peuple qui a tant à offrir.

 

Soirée de rencontre avec les autres étudiants en SU, chez la Doyenne

Mercredi, 9 janvier, nous avons été invités à passer la soirée chez la Doyenne de la filière soins infirmiers de l’Universidad Católica, Lilian Ferrer à Santiago. Durant cette soirée, dans un cadre magnifique, nous avons pu rencontrer des étudiants infirmiers de Miami (USA) terminant leur Summer University.

Lilian nous a fait découvrir un plat typiquement chilien, le « Completo ». Il s’agit d’une variante du Hot Dog avec des tomates assaisonnées, de l’avocat et une sauce à choix. i Delicioso ! Puis, nous avons pu goûter l’alcool national, le « Pisco ».  Produit au Pérou et au Chili, cette eau-de-vie de vin est à consommer avec modération !

Après s’être régalés, nous avons pu dépenser les calories au rythme de la salsa. Etudiants du bout du monde et professeurs ensemble sur la piste. Une soirée dont nous nous souviendrons.

 

Journée d’observation des unités de soins

Après une introduction au système de santé chilien à notre arrivée à Santiago, nous réalisons chaque jour par groupe de 3 ou 4, des immersions dans des unités de soins de la capitale accompagnés par des étudiants infirmiers ou infirmiers-sages-femmes de l’Universidad Católica. Le système de santé du pays admet deux types de services : l’un public et l’autre privé. 

Le service public offre des soins financés par la collectivité au moyen d’un prélèvement mensuel de 7% du salaire. Si la personne n’a pas les moyens de payer, l’état prend la relève. Dans le secteur privé, les individus payent de manière individuelle car les prestations offertes seront proportionnelles au montant investi.

Lors de la première semaine, comme établissements du service public, nous visitons à tour de rôle diverses unités de soins de l’hôpital Sotéro del Río, situé au Sud de Santiago. Il s’agit de l’hôpital ayant la plus grande affluence avec 1mio de personnes soignées et traitant les cas les plus complexes. Dans ce même type de services, nous visitons également différentes unités du centre de santé communautaire, CESFAM, Centros de Salud Familiar (Centres de santé familiale).

Pour le secteur privé, nous visitons l’hôpital universitaire, Hospital Clínico de la Universidad  Católica (Hôpital clinique de l’université Catholique) au niveau du triage des urgences, du bloc opératoire, de la maternité (salle d’accouchement) et service de néonatologie ainsi que diverses unités ambulatoires. La pratique ainsi que l’infrastructure ressemblent beaucoup à l’activité en Suisse. Excepté pour la salle d’accouchement, où les sages-femmes ont été déconcertées par la vision de la naissance ne correspondant pas à la vision européenne. De plus, au Chili, la maladie étant considérée comme une punition divine, les professionnels n’ont pas les mêmes principes éthiques qu’en Suisse, ce qui influence leurs interventions.

 

TIDES

Dimanche matin nous voilà en route pour l’expérience TIDES (Trabajos Interdisciplinarios De Educación en Salud). Nous allons rejoindre des étudiants de plusieurs disciplines de la santé (médecin, infirmiers, orthophoniste, nutritionniste, physiothérapeute, psychologue et sage-femme).

L’objectif de cette expérience est de mener des actions de prévention primaires dans des villages ruraux auprès de populations en situation de vulnérabilité.

Ces étudiants sont tous volontaires et bénévoles, ils consacrent une semaine de leurs vacances scolaires afin de réaliser ces campagnes de prévention.

Nous avons été logés dans une école « Escuela Canada » à 1h30 de Santiago, dans le village de Requinoa et répartis dans différents groupes de travail.

Plusieurs thématiques étaient mises en avant :

  • HTA/Diabète
  • Alimentation
  • Vieillissement dans la santé
  • Cancer du sein
  • Premiers secours pour les enfants

Pour pouvoir atteindre et sensibiliser la population, nous avons commencé par faire du porte-à-porte pour nous présenter et exposer nos objectifs aux villageois.

Puis durant ces deux jours nous avons créé par équipe des ateliers de prévention en lien avec les différentes thématiques.

Après ces trois jours riches en échange culturel et en partage nous voilà de retour à Santiago.

Bye Bye les “Bostoniens”

Aujourd’hui nous avons du dire au revoir à nos collègues de Boston. Nous avons cohabité pendant deux semaines ensemble. C’était intéressant de discuter autour de nos systèmes de santés, de nos visions et habitudes.

Elles ont pu nous faire une présentation sur leurs expériences ici, puis tous ensemble nous avons débriefé sur ces deux semaines passé. 

 

Nous avons terminé la journée avec une petite visite culturelle de la ville à St Cristobál.

De là nous avons admiré la belle vue sur Santiago et la Cordillère des Andes. 

L’équipe des étudiants en soins infirmiers:

L’équipe des étudiantes sages-femmes:

Accompagné des deux étudiantes Chiliennes:

 

Dernière semaine d’observation dans les soins

Lors de la dernière semaine de la Summer school, nos journées d’observation se poursuivent dans des services tels que la gynécologie/oncologie, l’ambulatoire, l’unité de soins intensifs, ou également dans des centres communautaires comme le centre médico-social CESFAM. Que ce soit dans le secteur public ou privé, nous pouvons visiter les services, questionner les professionnels et certains patients sur les conditions de soins et les différentes prises en charge.

Les différents groupes tournent sur chaque demi-journée avec des tuteurs infirmiers ou infirmiers/sage-femme pour pouvoir passer dans les mêmes services. De grandes différences et inégalités sont constatées entre le secteur public à l’hôpital public de référence du Sud-Est de Santiago Sotero del Rio, le secteur privé à l’hôpital clinique Pontificia de l’Université Católica, et le secteur privé haut-de-gamme à la clinique San Carlos de Apoquindo.

Secteur public : Hôpital de Sótero del Rio

Secteur privé : Hôpital clinique Pontificia de l’Université Católica

Secteur privé : San Carlos de Apoquindo

CESFAM :